Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Actualité africaine et internationale en continu ! Afrique du Nord, Afrique de l'Est, Afrique de l'Ouest, Afrique Centrale et Afrique Australe en continu avec des nouvelles fraiches.Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

older | 1 | .... | 633 | 634 | (Page 635) | 636 | 637 | .... | 719 | newer

    0 0

    Procès Ntaganda: la CPI enregistre de nouvelles victimes

    La Cour pénale internationale (CPI) va enregistrer de nouvelles victimes en plus des 1 120 déjà enregistrées en Ituri pour le procès de Bosco Ntaganda. Selon Nicolas Kuyaku, responsable local de l’unité de sensibilisation de la cour, cet enregistrement de nouvelles victimes devrait débuter le 23 mars et se clôturer le 30 avril. La date fixée pour le début du procès est le 2 juin prochain.

    Nicolas Kuyaku indique ce sont les juges de la CPI qui ont demandé que de nouvelles victimes soient enregistrées après la confirmation des charges.

    « A la confirmation des charges, il y a certaines charges qui ont été modifiées. C’est pourquoi les juges ont demandé s’il y a des potentielles victimes qui estimeraient nécessaires de participer aussi à cette étape, elles peuvent soumettre leur demande auprès de la la section de participation et réparation et des victimes », explique-t-il.

    Avant la confirmation des charges, fait savoir la même source, « nous avons sillonné le territoire de Djugu pour sensibiliser la communauté de victimes parce que les juges avaient estimé que l’affaire Bosco Ntaganda avait une grande ampleur dans la région de l’Ituri ».

    Environ 2 000 demandes de victimes avaient alors été réceptionnées. Mille cent vingt ont été validées.

    Parmi les victimes qui peuvent être enregistrées figurent notamment les ex-enfants soldats ainsi que leurs parents.

    Le chef rebelle Bosco Ntaganda est accusé par la CPI de crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis en Ituri en 2002 et 2003.

    Son procès va s’ouvrir le 2 juin prochain. La CPI envisage de commencer ce procès à Bunia pour « rapprocher les instances judiciaires de la communauté affectée par les crimes commis ».


    0 0

    Le Sénat va examiner la proposition de loi sur l’accès à l’information

    Le Sénat va examiner la proposition de loi sur l’accès à l’informationLe Sénat congolais a adopté vendredi 20 mars les matières qui seront examinées au cours de la session de mars. Hormis la question de la validation de mandat de certains sénateurs, la chambre haute du Parlement va examiner vingt-trois projets et propositions de loi. Parmi ces propositions de loi, une seule figure dans la rubrique de nouvelle matière. Il s’agit de la proposition de loi sur l’accès à l’information du sénateur Moïse Nyarugabo.

    Les sénateurs estiment que l’examen et l’adoption de cette loi est importante pour tous les Congolais.

    « Cette loi, c’est pour que tout Congolais quand il voudra avoir l’information sur telle ou telle donnée en rapport avec le fonctionnement de l’Etat puisse accéder à cette information. Surtout vous les journalistes, il ne faut pas qu’on vous prive des informations. C’est une loi opportune pour notre pays », explique le sénateur Tekkis Mulaila.

    L’examen de cette proposition de loi était réclamé par plusieurs mouvements associatifs depuis plusieurs mois. Parmi eux, le Collectif 24 pour qui cette loi permettrait que tout le monde accède à la bonne information, en évitant la rumeur et la corruption et en renforçant la transparence dans la gestion de la chose publique.

    Un point de vue partagé par le sénateur Jacques Djoli pour qui cette loi permettrait notamment d’accroître la transparence dans la gestion des ressources naturelles.

    « Si nous voulons faire de nos ressources naturelles le sous-bassement de notre économie, [il faut] que les citoyens accèdent à l’information. Ce qui est vrai pour les ressources minérales l’est aussi pour les ressources agro-industrielles », confiait-il à Radio Okapi en septembre 2014.

    En plus de la proposition de loi de Moïse Nyarugabo, une vingtaine de lois seront également examinées au cours de cette session de mars au Sénat. Elles figurent sur la liste des arriérés législatifs.

    Il s’agit notamment de la loi portant entreprenariat, celle portant protection de l’emblème de la Croix-Rouge ainsi que celle portant modalités d’application des droits de la femme et de la parité.


    0 0

    « Je continue de suivre les activités de V.Club de près », affirme Lema Mabidi

    Ancien sociétaire de l’AS V.Club, Lema Mabidi dit «Chikito », affirme être bien accueilli au sein de son nouveau club, CS Sfaxien, en Tunis (Tunisie). Mais il ne joue pas encore la Ligue des champions de la Caf avec son club, en attendant l’avis de la Fédération internationale de football association (Fifa) qui a été saisi au sujet de son transfert.

    Dans un entretien accordé, vendredi 20 mars à Radio Okapi, Lema Mabidi affirme qu’il pourra jouer en Ligue de champions si son club (CS Sfaxien) se qualifiait en phase de poules. L’international congolais affirme également suivre les activités de l’AS V.Club de près quand bien même il est loin du pays. Lema Mabidi appelle également ses ex-coéquipiers à garder la barre haute, faisant allusion au brillant parcours de V.Club lors de la dernière édition de la Ligue des champions de la Caf. Le club congolais a été finaliste de la plus prestigieuse compétition africaine interclubs.

    Radio Okapi : Comment as-tu été accueilli au sein du CS Sfaxien ?

    Lema : Je suis arrivé le 15 février, j’ai déjà livré 6 matches du championnat nqtional. On joue encore ce dimanche contre [club sportif de Hammam- Lif]

    Radio Okapi : Existe-t-il une différence entre CS Sfaxien et VClub ?

    Lema : Oui, il y a une différence entre VClub et CS Sfaxien. Une très grande différence, surtout au niveau du championnat. Il y a certaines équipes ici qui recrutent les joueurs européens. Et puis sur le plan tactique et technique, c’est vraiment un football engagé.

    Radio Okapi : Vous voulez dire que ce que vous voyez au CS Sfaxien, vous ne l’avez jamais vécu au sein de l’AS Vclub ?

    Lema : Si, je l’ai aussi vécu. Mais, il y a chez nous (en RDC), dans notre championnat, il y a des clubs forts et faibles. Donc, des clubs que vous savez d’avance que vous allez les gagner et vous les gagner aussi sur terrain. Mais ici, il n’y a pas de petites équipes. Toutes se valent.

    Radio Okapi : Mais pourquoi alors tu ne joues pas la Ligue des champions de la Caf avec CS Sfaxien ?

    Lema : Premièrement parce que je suis arrivé ici en retard. Et puis de deux, Vclub avait déjà envoyé mon nom à la Caf [pour la Coupe de la confédération en 2015]. C’est ce qui a fait qu’eux ne peuvent pas encore envoyer mon nom à la Caf par crainte qu’ils soient sanctionnés. Moi, je vais jouer si nous sommes qualifiés en phase des groupes.

    Radio Okapi : Est-ce que la situation s’est arrangée entre Vclub et CS Sfaxien ?

    Lema : Oui, le dossier est en cours. Nous attendons le quitus de la Fifa. Mais, l’instance laitière de football mondial m’avait déjà autorisé à jouer le championnat national. Dès que c’est bon, CS Sfaxien va envoyer à VClub l’argent de mon transfert.

    Radio Okapi : Donc, vous confirmez que Vclub n’a pas encore touché son argent ?

    Lema : Vclub n’a pas encore touché son argent. Mais moi, je touche déjà mon salaire chaque mois et les primes de matches sans problème.

    Radio Okapi : Vclub a débuté la campagne africaine par une victoire face au Ferroviario da Beira (3-0). Qu’est-ce que tes ex-coéquipiers peuvent faire pour arriver en finale tel que fut le cas lors de la dernière saison de la Ligue des champions ?

    Lema : Je suis loin, mais je continue de suivre les activités de l’As VClub de près car VClub reste et restera ma maison.

    Je souhaite de bonnes chances aux collègues qui sont restés au sein de l’équipe et je leur demande de travailler durement pour maintenir la barre là où nous l’avons laissée. Je les conseille également de faire preuve de travail et discipline pour qu’ils aillent loin au cours de cette compétition africaine.

    Radio Okapi : Parlez-nous de votre première expérience avec les Léopards en Can, jouée en Guinée Equatoriale?

    Lema : C’était une belle expérience pour moi. C’était pour ma première fois de jouer une phase finale de la Can. Là, maintenant, je sais comment aborder une très grande compétition si cela se présentait de nouveau. Et surtout la bonne ambiance qui y a régné entre nous au sein de l’équipe. C’était vraiment une famille et le résultat vous l’avez vu.

    Radio Okapi : Vous ne faites pas parti de la liste de joueurs qui seront à Dubai pour rencontrer l’Irak en match amical. Est-ce cette absence vous dérange ?

    Lema : Pas du tout. Le coach (Florent Ibenge) lui-même a dit qu’il veut voir aussi le talent des autres joueurs qui évoluent à l’étranger. C’est ça l’équipe nationale. Cette équipe est pour tout le monde. Nous, nous avons fait notre preuve à la Can, et c’est ça qui les a motivé à venir nous rejoindre. Ce sont nos frères, même s’ils vivent loin de nous. Donc, nous leur souhaitons les bienvenus au sein de l’équipe nationale.

    Radio Okapi : Un message à tous les Vclubiens ?

    Lema : Je salue tous les dirigeants de l’As Vclub, plus particulièrement mon président (Tango Four) que je considère comme mon papa. Salutations aussi a tous mes collègues ainsi qu’à tous les Congolais qui m’aiment.


    0 0

    Éliminatoires JO 2016-Handball: la RDC battue par la Tunisie

    Les Léopards dames-handball ont été battues jeudi 19 mars à Luanda (Angola) par leurs homologues tunisiennes (21-26) en match de la première journée des éliminatoires des jeux olympiques Rio 2016. A la pause, le score était de 14 à 11 pour les Tunisiennes.

    Malgré la défaite, la Congolaise Christiane Mwasesa a été la meilleure marqueuse du match avec 10 réalisations.

    Après avoir obtenu la qualification des Jeux Africains de Brazzaville 2015, la sélection congolaise s’est rendue à Luanda avec l’objectif d’obtenir l’une place qualificative pour les Jeux Olympiques de Rio 2016. Une place qu’elle dispute avec l’Angola, le Sénégal et la Tunisie.

    Lors de cette première journée, l’Angola s’est imposé face au Sénégal 38-21.

    La prochaine sortie des Congolaises est prévue ce soir (19H GMT) contre les Angolaises, avant de clôturer ces éliminatoires dimanche contre les Sénégalaises.​


    0 0

     RDC: une dizaine de militants de la société civile toujours détenus

    Vingt-quatre heures après la libération et l’expulsion des quatre militants de la société civile sénégalais et burkinabè, à Kinshasa, sept artistes musiciens congolais ont également été relâchés. Mais une dizaine d’activistes congolais organisateurs de la rencontre avec les mouvements Y en a marre et du Balai citoyen sont toujours détenus. Le parquet doit décider ce vendredi s’ils seront poursuivis ou non. Ces jeunes militants rejoignent une cohorte d’opposants eux aussi maintenus dans l’incertitude.

    Légalement, le délai pour être déferré devant le parquet est de 48 heures quelles que soient les accusations. Mais en République démocratique du Congo, ce laps de temps est régulièrement étendu. Et selon les défenseurs des droits de l’homme, la pratique est devenue plus fréquente ces dernières semaines, depuis les manifestations du mois de janvier à Kinshasa, notamment contre un troisième mandat du président Kabila.

    RDC: une dizaine de militants de la société civile toujours détenus


    0 0

     La RDC demande aux Nations unies de commencer à réduire leurs effcetifs militaires

    Raymond Tshibanda a affirmé que les Nations Unies doivent commencer à réduire leurs effectifs militaires en RDC et concentrer plutôt leurs efforts au reste des groupes armés parmi lesquels les éléments résiduels des rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (Fdlr).

    M. Thsibanda a indiqué, lors de son passage au Conseil de sécurité des Nations Unies, que la RDC est désormais en mesure d’assumer sa sécurité et celle de ses citoyens.

    « Oui, nous continuons à avoir besoin d’un certain appui des Nations unies, nous en convenons, y compris sur le plan militaire, mais circonscrivons cela aux seules taches qui restent, à savoir la neutralisation de ce qui reste des forces négatives notamment de celles contre lesquelles nous sommes en train de combattre en ce moment dans l’est de la République », a-t-il dit aux reporters en marge de son discours.

    M. Tshibanda a aussi indiqué que la concentration des efforts sur les groupes armés résiduels « devait permettre aux Nations Unies de commencer à réduire leur présence militaire en RDC surtout en ce moment où le Conseil de sécurité des Nations unies est assailli par des demandes pressantes dans d’autres coins de la planète et même surtout sur le continent. »

    La RDC demande aux Nations unies de commencer à réduire leurs effcetifs militaires


    0 0

    Le militant burkinabé arrêté en RDC dénonce à son retour des « comportements de dictateur »

    L’activiste burkinabé arrêté en République démocratique du Congo, puis finalement expulsé, a fustigé à son retour au Burkina Faso les « comportements de dictateur » du président congolais Joseph Kabila et appelé la jeunesse africaine à se mobiliser contre les dirigeants qui s’acrochent au pouvoir.

    « Ce sont des comportements de dictateurs et de voyous qui ont l’habitude de réagir avec des moyens de forçats pour nous obliger à obtempérer », a lancé Sidro Ouédraogo à son arrivée à l’aéroport de Ouagadougou, dans la nuit de jeudi à vendredi.

    Une cinquantaine de membres du groupe « Balai citoyen », en pointe dans la révolution qui a chassé le président burkinabé Blaise Compaoré en octobre 2014, l’attendaient et ont entonné l’hymne national burkinabé à la vue de leur camarade.

    Ils ont ensuite repris en choeur des slogans tels que « Kabila zéro, le peuple aura ta peau » et « Kabila, salaud, le peuple congolais aura ta peau ».

    Alors que le débat sur un éventuel troisième mandat du président Kabila agite la RDC, M. Ouédraogo avait été arrêté dimanche à Kinshasa en compagnie de militants sénégalais et congolais alors qu’il participait à une rencontre destinée à sensibiliser la jeunesse congolaise sur les questions de gouvernance et de démocratie.

    Face aux protestations internationales, le gouvernement congolais avait expulsé mercredi soir M. Ouédraogo ainsi que les trois militants sénégalais arrêtés avec lui. Le gouvernement congolais les accusait de préparer des « actes de violence ».

    « On parle du printemps arabe. Maintenant il faut parler de l’harmattan (vent chaud et sec d’Afrique de l’Ouest, ndlr) africain parce que c’est le moment où le vent doit faire basculer tous ces gens », a soutenu M. Ouédraogo.

    Il a désigné les présidents Kabila (RDC), Idriss Déby (Tchad), Faure Gnassingbé (Togo), Paul Biya (Cameroun) et Denis Sassou N’Guesso (Congo), qualifiés de « dinosaures ».

    « Il est évident que nous ne pouvons pas continuer à partager le même navire que des commandants aveugles », a-t-il ajouté, appelant la jeunesse africaine à agir « un peu plus que l’Union africaine, qui ne fout rien réellement pour l’unité de ce continent ».


    0 0

    RDC : redimensionner la Monusco

    C’est le résultat d’une réunion publique tenue ce jeudi à New York par le Conseil de sécurité de l’ONU en présence du ministre congolais des affaires étrangères, Raymond Tshibanda et de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Région des Grand Lacs, Said Djinnit.

    En dehors de crises courantes que traverse le pays, la tension monte entre le gouvernement congolais et la mission onusienne.

    Les deux généraux aux commandes dans l’armée congolaise sont sur la liste rouge de la Monusco, soupçonnés d’avoir commis de graves violations des droits de l’homme.

    Cependant, Kinshasa joue la sourde oreille face au refus de la mission de collaborer avec l’armée congolaise dans la traque des FDLR et demande le redimensionnement de la Monusco.

    Abordant le point des deux années de mise en œuvre de l’accord cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République Démocratique du Congo, l’envoyé spécial du Secrétaire général, Said Djinnit insiste sur la nécessité de maintenir un état de veille dans la région.

    C’est le résultat d’une réunion publique tenue ce jeudi à New York par le Conseil de sécurité de l’ONU en présence du ministre congolais des affaires étrangères, Raymond Tshibanda et de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Région des Grand Lacs, Said Djinnit.

    En dehors de crises courantes que traverse le pays, la tension monte entre le gouvernement congolais et la mission onusienne.

    Les deux généraux aux commandes dans l’armée congolaise sont sur la liste rouge de la Monusco, soupçonnés d’avoir commis de graves violations des droits de l’homme.

    Cependant, Kinshasa joue la sourde oreille face au refus de la mission de collaborer avec l’armée congolaise dans la traque des FDLR et demande le redimensionnement de la Monusco.

    Abordant le point des deux années de mise en œuvre de l’accord cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République Démocratique du Congo, l’envoyé spécial du Secrétaire général, Said Djinnit insiste sur la nécessité de maintenir un état de veille dans la région.


    0 0

     RDC: au moins quatre personnes tuées à la machette dans l’est

    Au moins quatre personnes ont été tuées à la machette dans le territoire de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, ont déclaré vendredi des militants locaux qui mettent en cause des rebelles accusés d’avoir déjà massacré quelque 260 personnes d’octobre à décembre.

    Il y a eu « un nouveau massacre » jeudi en périphérie de la ville de Beni, « où quatre personnes ont été tuées à la machette vers 10h30 (08h30 GMT) », a indiqué à l’AFP la Société civile du territoire de Beni, qui regroupe notamment des associations, des ONG et des syndicats.

    Selon un texto de l’organisation, les victimes sont trois hommes et une femme. La « situation [est] très critique aux environs de la ville comme en territoire de Beni », conclut le texte.

    Les auteurs de l’attaque « sont des ADF », les rebelles musulmans ougandais de l’Alliance des forces démocratiques, « qui se déplacent du nord vers le sud », a déclaré à l’AFP Teddy Kataliko, président de la Société civile du territoire de Beni.

    Interrogée, l’armée a dit avoir appris la mort de quatre personnes, sans pouvoir confirmer le bilan ni nommer les assaillants.

    « Nous avons été informés qu’il y a eu quatre personnes tuées à la machette. D’autres nous ont dit que c’est cinq. Nous sommes en train de nous déplacer sur les lieux pour savoir exactement ce qu’il s’est passé », a déclaré à l’AFP le major Victor Masandi.

    Le militaire est le porte-parole des opérations Sokola 1 contre l’ADF, hostile au président ougandais Yoweri Museveni et active dans les montagnes du territoire de Beni depuis 1995.

    Les combattants de l’ADF sont accusés d’une série de tueries, essentiellement à l’arme blanche (machettes, haches, houes…), qui ont fait plus de 260 morts entre octobre et décembre 2014. Ils seraient aussi responsables de dizaines de morts en Province Orientale, voisine de celle du Nord-Kivu où se situe Beni.

    « Depuis les opérations de ratissage » contre l’ADF, « on signale (…) le passage massif des éléments ADF, indique la société civile, qui craint que cela n’annonce une nouvelle attaque.


    0 0

     RDC : accusé de viol, le comédien Fiston Saï-Saï est acquitté

    L’artiste comédien Fiston Mafinga Sese alias Saï-Saï a été acquitté ce vendredi 20 mars par le tribunal de grande instance de la Gombe. Le verdict a été prononcé au cours d’une audience publique devant de nombreux sympathisants, artistes et membres de famille, venus le soutenir. L’accusé n’a pas assisté à cette audience.

    Peu avant le prononcé du verdict, Saï-Saï avait confié à un reporter de Radio Okapi qu’il était serein.

    Arrêté le 28 février dernier, le comédien était accusé de viol sur mineure.

    Le tribunal de grande instance de la Gombe l’a acquitté faute de preuves.


    0 0

    Les activistes arrêtés en RDC et expulsés disent en choeur « « Kabila zéro, le peuple aura ta peau » et « Kabila, salaud, le peuple congolais aura ta peau ».


    0 0
    0 0
    0 0


    0 0


    0 0


    0 0
    0 0


    0 0
    0 0


older | 1 | .... | 633 | 634 | (Page 635) | 636 | 637 | .... | 719 | newer