Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

Actualité africaine et internationale en continu ! Afrique du Nord, Afrique de l'Est, Afrique de l'Ouest, Afrique Centrale et Afrique Australe en continu avec des nouvelles fraiches.Des brèves et des tweets...Actualité sur Facebook en direct avec des news fraiches

older | 1 | .... | 647 | 648 | (Page 649) | 650 | 651 | .... | 719 | newer

    0 0

     Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani sauve trois chinois

    La catastrophe a été évitée de très peu à Kisangani le lundi 30 mars 2015 sur le chantier de l’Hôtel Congo Palace, située au centre-ville, jadis la fierté de la Province orientale. Tombé en ruine l’Hôtel Congo

    Palace est en train d’être bichonné par une armée d’ouvriers notamment chinoisqui se retrouvent là grâce à leur savoirfaire. C’est donc sur ce chantier en pleine modernisation qu’un grave accident est survenu le soir même. Trois travailleurs chinois ont été grièvement blessés lors d’une manutention qui a vu échapper un container que surélevé les ouvriers.

    Le container qui contenait des vitraux a dans sa chute fait tomber ces vitraux qui à leur tour ont blessé gravement trois ouvriers qui se trouvait sur leur trajectoire. Très vite sur le chantier où grouille des centaines d’ouvriers, c’était la panique et l’émoi qui avaient gagné tout le monde. Les badauds n’avaient pas tardé à s’approcher du lieu du drame pour en savoir plus. Tout de suite est venu à l’idée des responsables de
    ce chantier de conduire les infortunés ouvriers chinois à l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani (HCKIS).
    La décision de les y conduire s’est avérée salutaire car les ouvriers chinois ont été sauvés après une prise
    en charge rapide et adéquate. Leurs vies ne sont plus en danger. Arrivés à HCKIS, deux d’entre eux, moins gravement atteints que l’autre ouvrier, ont été immédiatement hospitalisés et pris en charge par le Département de chirurgie. Le plus gravement blessé à lui été conduit aux soins intensifs. Des sources proches
    de l’HCKIS on indique que le pronostic vital des trois ressortissants de l’empire du milieu n’est pas engagé. La qualité du plateau technique et du personnel de HCKIS ont permis d’épargner ces vies. Car à un moment les
    responsables sans doute pas suffisamment renseignés sur HCKIS avaient envisagé une évacuation sanitaire vers d’autres cieux. Encore une fois l’hôpital du Cinquantenaire de Kisangani, institution hospitalière de niveau 4 selon les standards OMS (Organisation mondiale de la santé), a démontré que c’est dispositif important dans la promotion sanitaire et dans la promotion des investissements.

    Car en effet, il est plus aisé pour un investisseur ou pour un expatrié ou même pour un national d’aller travailler dans une ville ou dans une province où il est sûr d’avoir des soins appropriés en cas de besoin. Ses performances sanitaires ne sont pas les premières à HCKIS. En janvier de cette même année, Philippe Prival, de nationalité française et passager du vol Kenya Airways reliant le Cameroun à Nairobi, avait été saisi d’un malaise à bord de l’avion et tomba dans le coma. L’avion dût atterrir d’urgence à Kisangani et le malade transféré immédiatement à l’Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani. Prival avait pu être sauvé. Il reprit connaissance et ses fonctions vitales furent restaurées après une prise en charge efficace par le staff médical de l’HCKIS. Plus loin en arrière ce fut un sujet britannique accidenté gravement dans une des mines en Province orientale qui dût son salut à HCKIS après qu’il y eut été héliporté. Pour rappel l’HCKIS est un don de la fondation FamileFertler (GFF), l’une des plus grandes œuvres caritatives de la RD-Congo. Cette Fondation a été initiée par l’homme d’affaires israélien Dan Gertler et sa famille biologique.HCKIS est dirigé par le Dr André Hattingh. Inauguré en 2013, HCKIS a nécessité un financement de 10 millions USD. Financé par la GFF et ses partenaires : MutandaMining (Mumi) et Kamoto Copper Company (KCC).

    MTN

    Hôpital du Cinquantenaire de Kisangani sauve trois chinois


    0 0

     VERDICT RENVOYÉ AU 16 AVRIL : Laborieuses négociations avec la CPI avant sa libération

    Enfin le bout du tunnel pour le sénateur Jean-Pierre Bemba après 7 ans d’incarcération à la Haye. Sa libération
    est quasiment acquise. Après que la défense ait taillé en pièces les réquisitions du procureur, on ne voit pas comment, le président du MLC peut encore demeurer à la Haye. « Sa sortie est imminente. C’est plus une
    question de jours, tout au plus des semaines » commente volontiers son entourage. Elle aurait d’ailleurs due intervenir mi-mars passé comme l’avait écrit C-NEWS dans sa livraison du 6 mars (Bemba, Libération très probable le 15 mars : les premiers à se faire du souci sera : Kabila, Kamerhe et Katumbi). Arrivé à cette date, la CPI a, au cours d’une conférence dite de mise en état, sollicité un renvoi de 4 semaines selon des sources judiciaires proches du dossier.

    C-NEWS a enquêté sur les raisons de ce report qui renvoie le verdict au 16 avril. D’après nos sources, une
    forte pression est mise sur Bemba pour qu’il renonce à poursuivre la CPI une fois libre. La CPI voudrait que Bemba prenne un engagement écrit dans lequel il s’engagera à renoncer à des dommages et intérêts (D.I) qu’il pourrait bien réclamer aux juges de la Cour pour arrestation et détention illégale. Cela peut vite se chiffrer en millions des dollars USD. D’après nos sources, ces négociations secrètes entre Bemba et la CPI sont
    la raison du report du verdict initialement prévu le 15 mars passé. Bien qu’affaibli psychologiquement, notamment par 7 ans d’enfermement, Bemba a encore des ressources, il refuse de signer l’accord lui proposé par la CPI. D’après nos sources, aucun accord n’a encore été trouvé jusqu’ici. Bemba n’a même pas encore donné un accord de principe. C’est donc des négociations laborieuses qui se poursuivent entre les deux camps. La CPI
    pensait peut-être qu’en faisant miroiter à Bemba la liberté, il renoncerait vite à tous droits notamment ce-
    lui de la poursuivre. Le septennat carcéral et non politique que Bemba a vécu à la Haye semble n’avoir pas
    entamé son morale. Cela promet politiquement parlant !Les yeux sont rivés désormais sur la date du 16
    avril 2015. Nouvelle date arrêtée par la CPI pour se prononcer définitivement dans ce feuilleton politico-judiciaire. Les Bembistes eux piaffent d’impatience de revoir leur champion parmi eux, un atout certain avant d’affronter les élections générales. Lire ci-dessus l’article « Bemba, Libération très probable le 15 mars : les premiers à se faire du souci sera : Kabila, Kamerhe et Katumbi ».

    PAUL MULAND


    0 0

    Isabel Tshombé salue la disponibilité de l’OIF à appuyer le processus électoral en RDC

    Isabel Machik Ruth Tshombe vient de prendre part à la 94ème session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF). La Représentante personnelle du chef de l’Etat congolais à la Francophonie a profité de ces assises tenues le lundi 30 mars 2015 à Paris pour éclairer l’assistance sur les efforts qu’entreprend la République Démocratique du Congo dans la lutte contre les groupes armés qui pullulent à l’est du pays et sur le processus électoral en cours.

    Tenue sous la présidence de la Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, la session du CPF a passé en revue les questions politiques et économiques dans l’espace francophone, et abordé les sujets relatifs à la coopération.
    Saisissant la balle au bond, Isabel Tshombe s’est appesantie particulièrement sur les efforts fournis par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour publier le calendrier global des élections en RDC.
    La Représentante personnelle du chef de l’Etat à la Francophonie a salué à cet effet « la disponibilité de l’Organisation Internationale de la Francophonie à apporter son appui au processus électoral en RDC, ainsi qu’à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit ».

    SOLIDAIRE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME
    Isabel Tshombe a également profité de l’opportunité pour éclairer les participants à la session sur les opérations militaires qu’entreprennent les Forces armées de la République démocratiques du Congo (FARDC) contre les groupes armés actifs à l’est du pays.
    « La phase du désarmement volontaire terminée, les opérations militaires sont passées à l’étape du désarmement force, a affirmé la Représentante personnelle de Joseph Kabila à la Francophonie. Les FARDC ont pu ainsi récupérer de nombreux territoires de mains des rebelles dont, malheureusement, beaucoup d’enfants soldats ».
    « Un désaccord entre le Gouvernement congolais et la MONUSCO ont toutefois conduit la RDC à mener, seule mais avec succès, la traque contre les FDLR, a expliqué Isabel Tshombe. Toutefois, le dialogue n’est pas rompu. La RDC prend acte de la résolution 2211 du 26 mars 2015 qui a décidé de prolonger d’un an le mandat de la MONUSCO dans sa mission en RDC et de n’en réduire les effectifs que de 10% ».
    Se voulant solidaires avec plusieurs pays membres de l’OIF qui continuent à subir au quotidien des menaces des groupes armés et plusieurs actes de violences, la Représentante personnelle du chef de l’Etat congolais a été explicite : « La RDC condamne avec vigueur les attaques terroristes et assure de sa solidarité les pays qui subissent ces violences de plein fouet comme le Niger, le Cameroun, l’Égypte, la Tunisie, le Mali et la France. Notre pays salue et appuie l’action conjuguée du Tchad, du Cameroun et du Niger pour combattre Boko-Haram jusque dans des territoires du Nigeria ».
    Isabel Tshombe a, dès lors, transmis les condoléances du Gouvernement congolais à Vanuatu et au Madagascar, touchés par des catastrophes naturelles.

    HOMMAGE A CLEMENT DUHAIME
    A l’occasion de cette première réunion du Conseil Permanent de la Francophonie, présidée par Mme Michaëlle Jean depuis sa prise de fonction comme Secrétaire Générale de la Francophonie, la Représentante du chef de l’Etat lui a renouvelé les félicitations et les encouragements « au nom de la RDC et de Son Excellence M. Joseph Kabila, Président de la République Démocratique du Congo ».
    Isabel Tshombé a également remercié Clément Duhaime qui quitte le poste de l’Administrateur de l’OIF après neuf ans d’exercice, passés sous le mandat de l’ancien Secrétaire général Abdou Diouf. « Il fallait, dit-elle, tout votre talent pour faire les reformes nécessaires à la bonne marche de l’OIF. Avec le Président Diouf, vous avez formé un tandem fort, perspicace et efficace. Pour cela aussi, nous vous disons merci. La RDC et son Président vous remercient pour votre constance avec le président Diouf en restant résolument à ses côtés ».
    La Secrétaire générale de l’OIF a rendu également hommage à Clément Duhaime qui a assumé les fonctions d’Administrateur de l’OIF depuis janvier 2006. « Fervent militant de la langue française, Clément Duhaime a constamment voulu donner corps aux valeurs de solidarité et de diversité qui sont au cœur de notre Organisation, à travers une coopération multilatérale francophone ambitieuse, concrète et de proximité », a-t-elle déclaré.

    ADAMA OUANE, NOUVEL ADMINISTRATEUR DE L’OIF
    Après consultation des représentants personnels de Chefs d’Etat et de gouvernements, membres de la Francophonie, réunis pour leur 94 ème session de leur Conseil, Mme Michaëlle Jean a nommé, le lundi 30 mars 2015, Adama Ouane au poste d’Administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour un mandat de quatre ans.
    De nationalité malienne, Adama Ouane a été ministre de l’Éducation, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales au Mali dans les gouvernements successifs de Cheick Modibo Diarra en 2012. Il est également un ancien fonctionnaire de l’Unesco. Il est titulaire d’un doctorat d’État en sciences linguistiques appliquées.
    Professeur d’université, Adama Ouane a par ailleurs été consultant auprès des organismes internationaux tels l’UNICEF, le PNUD, l’OIF et la Banque mondiale sur les questions d’alphabétisation, d’éducation non formelle et d’utilisation des langues nationales. Yves KALIKAT


    0 0

     Kinshasa et Tel-Aviv renforcent leur coopération dans le secteur agricole

    Le ministre de l’Agriculture, Pêche et Elevage, Isidore Kabwe Mwehu a accordé une audience hier jeudi 02 avril au Consul honoraire de l’Etat d’Israël à Kinshasa, M. Aslam Piha. A l’issue de cette rencontre, l’hôte du ministre Kabwe Mwehu a annoncé que son pays, Israël allait renforcer sa coopération agricole avec la République démocratique du Congo (RDC).

    Au cours de cette visite, le consul honoraire israélien, Aslam Piha a invité le ministre de l’Agriculture, Pêche et Elevage, Isidore Kabwe Mwehu à représenter la RDC à l’Agritech, qui se tiendra à la fin de ce mois d’avril en terre israélienne.
    S’agissant des relations entre l’Israël et la RDC, Aslam Piha a souligné qu’elles se portent à merveille. Car, les deux pays peuvent développer et moderniser l’agriculture congolaise. Cela a un effet d’entraînement sur la réduction des importations ainsi que sur l’amélioration de la sécurité alimentaire en RDC.
    Au mois de juin 2013, le Gouvernement congolais et la firme israélienne LRGroup avaient signé un contrat de modernisation du Domaine agro-industriel présidentiel de la N’Sele (DAIPN). A travers cet accord public-privé, LR GROUP devra exploiter et gérer le New Domaine AgroIindustriel Présidentiel de la N’Sele pendant cinq ans. Dans le lot, LR GROUP a aussi réhabilité un certain nombre d’infrastructures de ce site. Il s’agit particulièrement des fermes avicoles, de l’abattoir, de la chambre froide, de l’unité de conditionnement de New DAIPN.
    Outre les activités ayant trait au développement de grandes cultures, la firme israélienne LR GROUP s’est investie notamment dans la réfection des silos de stockage, dans la croissance agricole. Alfred LUKAMBIL

    Kinshasa et Tel-Aviv renforcent leur coopération dans le secteur agricole


    0 0

     Gros plan sur les experts nommés à la SOCIR 126 Vues 0 by admin

    La Société congolaise des industries de raffinage (SOCIR) a un nouveau visage. Au terme de l’ordonnance présidentielle n°15/020 du 25 mars dernier, la SOCIR bénéficie d’un nouveau souffle à travers ses cadres. Comme on le sait, Nestor Ankiba Yar est désormais président du Conseil d’administration et Franck Beausaert Kiala Matumona assume les fonctions de directeur général.

    Philippe Mahele Liwoke exerce les fonctions de d’administrateur directeur général adjoint tandis que Vela Buabua et Me Tharcisse Roger Munkindji Kabundji sont des administrateurs et donc des membres du Conseil d’administration de la SOCIR. Du côté des administrateurs de l’actionnaire privé, on retrouve Denis Lecouturier, Charles Suanga Dubier et Benoît Gauthier.

    MAIS, QUE SONT-ILS DONC CES NOUVEAUX DIRIGEANTS DE LA SOCIR ?
    Le nouveau président du Conseil d’administration, Nestor Ankiba Yar, qui succède à Théodore Nana Mungiele, traîne derrière lui plusieurs années d’expérience avec des institutions internationales et des organismes de santé publique ASF. Il a également évolué dans le secteur pétrolier. Pour sa part, le nouveau directeur général, Franck Beausaert Kiala Matumona, n’est pas du tout un profane dans le secteur. Car, c’est un cadre expérimenté ayant exercé antérieurement les fonctions de directeur général adjoint à la SOCIR.
    Administrateur directeur général adjoint, Philippe Mahele Liwoke est un expert à la Banque mondiale qui a aussi servi longtemps dans les domaines du pétrole et du Supply Chain Management. M. Vela Buabua a, lui, passé de nombreuses années comme directeur financier de la SOCIR alors que Me Tharcisse – Roger Munkindji a œuvré dans le passé pour la Société financière internationale, avant de devenir vice-président chez Airtel et président des opérateurs de téléphonie à la Fédération des entreprises du Congo (FEC). Me Thracisse-Roger Munkundji est donc une valeur sûre.
    Pour leur part, les administrateurs de l’actionnaire privé sont autant de professionnels expérimentés dans le domaine des hydrocarbures et du pétrole, dont l’expérience est à la fois variée et acquise en différents pays africains. C’est dire qu’il s’agit d’une équipe de vertébrés qui est désormais à la tête de la Société congolais des industries de raffinage. Des prédispositions donc pour une gestion vraiment responsable au rythme de la bonne gouvernance.
    A la nouvelle équipe de se montrer à la hauteur de la tâche
    Car, la SOCIR est une société d’économie mixte ayant pour principales activités et objet le raffinage du pétrole brut et la production des carburants et autres combustibles pour satisfaire le marché congolais. Il s’agit également d’une société spécialisée dans les études liées à ce type d’activités et exploite ses activités et installations à Moanda et à Kinshasa. Cette firme a aussi développé certaines activités dont la production des bitumes.
    C’est donc pour insuffler un dynamisme nouveau que les différents actionnaires, dont le Gouvernement congolais, ont décidé de renouveler l’équipe dirigeante afin réaliser les défis nouveaux qui s’annoncent à l’avenir. Il revient au nouveau staff de se montrer à la hauteur de la tâche. M. M.


    0 0


    0 0


    0 0

    Roger BONGOS, journaliste d'investigation, grand...

    Roger BONGOS, journaliste d'investigation, grand reporter homme du terrain,avec les militaires onusiens.


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


    0 0


older | 1 | .... | 647 | 648 | (Page 649) | 650 | 651 | .... | 719 | newer